Chirurgie réparatrice des paupières - Dr Hervé Chenal, Ophtalmologiste, Chirurgien oculoplastique et esthétique, Institut Européen de la Vision et du Regard, Nancy (54), Lorraine, France

Aller au contenu

Menu principal :

Chirurgie réparatrice des paupières

Procédures

1) MALPOSITION

Ectropion : Il s’agit du retournement en dehors de la paupière par relâchement des tendons latéraux et de l’hyperlaxité exagérée de la paupière. Le traitement consiste en la remise en tension et le repositionnement de la paupière inférieure.

Entropion : Il s’agit du retournement en dedans de la paupière là aussi du fait du relâchement des tendons latéraux et de l’hyperlaxité exagérée de la paupière. Le traitement consiste en la remise en tension et le repositionnement de la paupière inférieure.

Le scléral show ou  œil rond : correspond à l’abaissement de la paupière inférieure augmentant alors la zone de blanc visible sur le bas de l’œil. Il faut alors repositionner le bord de la paupière inférieure par différentes techniques plus ou moins complexes.

Dermachalasis : c’est un excès de peau en paupière supérieure lié au relâchement du tissu de soutien de celle-ci. Il peut s’accompagner de poches graisseuses supérieures. Le traitement est la résection.

Le relâchement du muscle frontal, du tissu de soutien de la peau du front et des attaches de la loge graisseuse située derrière le sourcil sont responsables de la ptose du sourcil. Diverses techniques chirurgicales existent pour la corriger.

Ptosis : correspond à une chute de la paupière supérieure par impotence plus ou moins importante du muscle releveur de la paupière supérieure. Plusieurs mécanismes peuvent en être responsables
• Neurogène : par problème nerveux
• Myogène : par problème musculaire
• Mécanique : après traumatisme par exemple
• Aponévrotique : par relâchement du muscle releveur et désinsertion progressive de celui-ci.
Il en résulte un recouvrement plus ou moins marqué de la cornée et même parfois d’une partie plus ou moins importante de la pupille entrainant des problèmes visuels évidents.
Le but de la chirurgie est alors double :

> Esthétique
> Fonctionnel : permettre une meilleure vision en soulevant la paupière tombante.

Pour en savoir plus : Fichier PDF
Fiche d'information conçue sous l'égide de la Société Française d'Ophtalmologie SFO et
du Syndicat National des Ophtalmologistes de France SNOF

La rétraction des paupières supérieures et/ou inférieures lors d’une maladie de Basedow, présente avec ou sans exophtalmie, est responsable d’une augmentation plus ou moins importante de l’ouverture de l’œil et donc des symptômes.
Différentes techniques chirurgicales permettent de rallonger la/les paupière(s) pour mieux recouvrir l’œil.

2) LES POCHES GRAISSEUSES

Le relâchement de l’architecture de la membrane de soutien de la paupière appelée septum et la saillie en excès de la graisse orbitaire entrainent la formation des poches palpébrales. Elles apparaissent sous forme de saillies rondes ou allongées déformant la paupière. Le traitement est chirurgical par résection, lors d’une chirurgie isolée ou combinée à une reposition de la paupière.

Pour en savoir plus : Fichier PDF
"Chirurgie des anomalies des paupières liées à l'âge"
Fiche d'information conçue sous l'égide de la Société Française d'Ophtalmologie SFO et
du Syndicat National des Ophtalmologistes de France SNOF

3) TUMEUR DE LA PAUPIERE

Il peut s’agir de tumeur :

Bénigne : non cancéreuse dont l’évolution va déformer et léser la paupière et/ou les cils,
Maligne : cancéreuse, dans la majorité des cas, il s’agit d’un type de cancer cutané.

L’extension peut être locale avec envahissement progressive de la totalité de la paupière mais aussi au-delà vers l’œil, l’orbite, les sinus, voire le crâne et le cerveau, mais aussi selon le type de tumeur, à distance (métastase) au niveau des ganglions, du foie, des poumons, des os jusqu’à se généraliser.
Une analyse précise clinique mais surtout anatomopathologique (microscopique en laboratoire d’analyse) permet de poser le diagnostic du type de tumeur et donc d’orienter sa prise en charge.
La chirurgie est le traitement de référence mais pourra parfois être complétée par de la radiothérapie, chimiothérapie.
L’intervention comportera l’ablation de la tumeur seule en cas de tumeur bénigne, complétée par l’ablation partielle ou totale de la paupière sur l’ensemble de son épaisseur dans le cas de tumeur maligne, voire même élargie encore aux structures adjacentes  envahies.
Puis sera suivi dans le même temps opératoire d’une reconstruction de la paupière simple à très complexe (selon l’étendue de la résection) avec réalisation d’un lambeau, de greffes avec différents tissus (peau, muqueuse, cartilage, etc…) pour permettre d’aboutir à un résultat esthétique et surtout retrouver une protection oculaire.
Dans le cas de lésion palpébrale bénigne de petites tailles, des traitements laser peuvent être proposés et réalisés au cabinet.

Pour en savoir plus : Fichier PDF
Fiche d'information conçue sous l'égide de la Société Française d'Ophtalmologie SFO et
du Syndicat National des Ophtalmologistes de France SNOF


Dernière mise à jour de cette page : mai 2018

Copyright © 2016-2018  Artès Web Tous droits réservés.

Mentions légales  Politique de confidentialité


 
Retourner au contenu | Retourner au menu